Interview avec Jérôme Verne pour la sortie de son guide de l’autoédition

Bonjour Jérôme.

Bonjour Audrey.

Tu publiais en novembre dernier un guide de l’auto-édition et de l’auto-publication, peux-tu nous résumer ta propre expérience d’écrivain ?

J’écris depuis toujours, mais ce n’est qu’en 2014 que je me suis décidé à publier quelque chose. Je commençai avec un petit livre d’une centaine de pages, Pourquoi les Anglais roulent à gauche et 88 autres pourquoi de l’Histoire. Puis, voyant que le résultat était tout à fait correct, je poursuivai, deux ans plus tard, avec Indiana Jones : Le guide historique, un documentaire analysant l’aspect historique servant de décor à l’univers du célèbre personnage, et Orlenian, mon premier roman. Cette année, j’ai sorti Stonehenge, un deuxième roman de fantasy se déroulant dans le même univers que le premier, et enfin, ce guide sur l’autoédition.

Que penses-tu du phénomène de l’auto-édition, notamment au regard des mobilisations diverses autour du Prix Goncourt, des mouvements #Payetonauteur et de l’initiative de Samantha Bailly, autrice éditée en Maison d’Édition qui a lancé un de ses ouvrages en auto-édition ?

Je pense que l’autoédition est l’avenir du paysage littéraire. Le modèle éditorial tel qu’il existe aujourd’hui est voué à disparaître, à mon humble avis. Je ne dis pas que c’est une bonne ou une mauvaise chose : certains auteurs ont besoin d’un éditeur parce qu’ils ne sauraient pas assurer de travail éditorial sur leur ouvrages, d’autres, au contraire, peuvent fournir eux-même la plus-value qu’un éditeur aurait apporté à leurs livres.

Qu’est-ce qui t’a motivé à écrire ce guide ?

Aujourd’hui, l’autoédition se démocratise. En salon, je vois régulièrement des auteurs, ou des visiteurs (mais auteurs en herbe) me demander “comment j’ai fais pour publier mes livres”. Mon guide entend répondre à cette question et rendre l’autoédition accessible à tous. Il ne s’agit pas d’un compte-rendu de mon expérience, mais bien d’un guide pratique, décomposé en six sections correspondant aux six étapes qui mènent à l’autopublication. Pour autant, avec ce guide, j’ai voulu montrer toutes les possibilités offertes à celui qui édite ses propres ouvrages, papier et numériques. Si cette idée de guide me trottait dans un coin de la tête depuis un certain temps, j’ai mis plusieurs mois à me lancer dans ce projet : pourquoi écrire un livre sur le sujet alors qu’il en existe tant d’autres ? Parce que je me suis rendu compte qu’aucun de ces guides ne décrivaient la méthode que j’utilise, à savoir la création de son livre numérique, puis celle de son livre papier, plutôt que la conversion du second vers le premier. Une méthode qui permet de comprendre comment sont constitués les livres numériques, et de faire réellement ce que l’on veut (dans les limites fixées par les normes, bien entendu).

Si tu avais un conseil à donner à un nouvel auteur qui souhaite se lancer, lequel serait-il ?

Prendre son temps. Combien d’auteurs ont foncé tête baissée vers l’édition à compte d’auteur ? Combien sont ceux qui ont sorti leur premier livre bourré de fautes d’orthographe, avec une présentation peu soignée et une couverture amateur ? Éviter de commencer par sortir le livre qui nous tient le plus à cœur. Parce qu’on fait forcément des erreurs avec le premier. Et avec le deuxième. Alors oui, il faut prendre le temps de bien faire les choses.

On parle souvent d’auto-édition, mais moins d’auto-publication, c’est un aspect du travail d’auteur indépendant qui est trop occulté selon toi ?

Pas du tout. En français, le terme autoédition englobe généralement l’autopublication. En anglais, on distingue les deux. J’ai choisi ce titre simplement pour évoquer le découpage du livre : deux grandes parties traitant de l’édition et de la publication de ses propres ouvrages.

Quels sont à présent tes futurs projets ?

Je n’ai pas encore fixé mes objectifs pour 2019, mais les grandes lignes sont en train de se dessiner. Côté fiction, je prévois de ne sortir qu’un recueil de contes centré sur l’univers de l’Archipel janorien, développé dans Orlenian et Stonehenge. Je compte aussi sortir au format ePub mon livre Indiana Jones : Le guide historique. À l’époque de sa sortie, je n’avais pas les compétences pour le faire, tellement la mise en forme allait être complexe ; à présent, je le peux. Enfin, j’aimerai me plonger dans la rédaction d’un second volume pour ce guide historique, qui traiterait la période 1920-1957. Ce qui implique beaucoup de lectures et de recherches.

Merci beaucoup pour cette interview, Jérôme, et bon courage dans tous tes projets !

Vous pouvez retrouver les ouvrages de Jérôme sur les liens suivants :  Pourquoi les Anglais roulent à gauche et 88 autres pourquoi de l’Histoire, Indiana Jones : Le guide historique, Orlenian et Stonehenge.

L’auteur Jérôme Verne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.